Construire un hôtel à insectes – Partie 1

07/08/2017

Prendre soin des insectes ne consiste pas seulement à leur offrir à manger durant la belle saison mais également à leur proposer le gîte pendant les périodes défavorables. Quand je pense aux périodes défavorables cela n'englobe pas seulement les frimas de l'hiver mais aussi les périodes pluvieuses plus ou moins fraiches de la fin de printemps ou de l'été.

Pour les abris à insectes il y a les petits motels et les 5 étoiles (avec service d'étage...). L'hôtel à insectes constitue ce qui se fait de mieux en matière « d'hébergement » pour nos amis invertébrés et ils vous le rendront bien au centuple.

Détail des matériaux nécessaires pour les chambres

Les bûches percées (1)

Elles devront être en bois dur (chêne, hêtre, charme, châtaignier) car le bois tendre risque de gonfler avec l'humidité. Des simples bûches coupées à la largeur de l'abri, percées de trous de diamètres variables (de 3 à 14mm) feront l'affaire. Les trous ne doivent pas transpercer la bûche de part en part. Ce type d'abris attire en général les hyménoptères (famille des guêpes) et en particulier les abeilles solitaires qui sont très utiles au jardin.

Des tiges creuses (2)

Les tiges creuses constituent un très bon abris pour la journée, la nuit ou pour la nidification des insectes. Vous pouvez utiliser du bambou, de la canne de Provence, des graminées (paille, foin,...), des ombellifères... A insérer dans l'hôtel ou à utiliser en isolé liées entre elles en fagots avec de la ficelle ou du fil de fer (pendu à un arbre par exemple). L'important est que les tiges doivent être bouchées à une de leur extrémité, soit en utilisant les nœuds naturels du matériau soit avec de l'argile (ou une terre bien grasse). Pour les hyménoptères, abeilles solitaires (mégachile),...

Des tiges à moelle (3)

Elles reprennent le même principe que les tiges creuses à la seule différence que les insectes devront percer eux même leur nid aux dimensions appropriées. Les tiges, d'une trentaine de centimètres de long peuvent être en sureau, rosier, framboisier, fusain... Pour les petits hyménoptères et les syrphes.

Les briques creuses (4)

Une simple brique dont les trous sont bouchés avec de la boue qui une fois sèche offre aux abeilles et guêpes solitaires la possibilité de creuser elles même leurs galeries.

Le nichoir à bourdons (5)

Situé dans l'une des boites de l'hôtel à insectes, il sera équipé d'un trou de sortie de 1 cm de diamètre et d'une planchette d'envol. L'intérieur peut être garni de paille mélangée avec de la terre. Le bourdon vivant dans le sol à l'état naturel cela lui convient généralement.

Le gîte à forficule (perce-oreille)

Un pot garni de paille et de fibre de bois situé au point le plus bas de l'hôtel fera l'affaire. Les forficules sont très friands de pucerons mais en leur absence ils peuvent s'attaquer au feuilles, bourgeons et fruits.

L'abri à chrysopes (6)

C'est la deuxième boite de l'hôtel à placer au plus haut. La face avant doit être constituée de longues et fines fentes. Possibilité de la remplir avec des fibres d'emballage, de la paille ou du foin pour l'isolation du froid.

Pour les insectes xylophages (7)

(qui se nourrissent de bois) vous pouvez également placer de vieux morceaux de bois empilés ainsi que des morceaux de branches pour les carabes.